Etudier le cerveau à l’ aide de jeux vidéos

By SavannahVR

Sur scène, on avait plutôt  l’habitude de voir Mickey Hart à la batterie derrière Jerry Garcia et toute la bande du Grateful Dead.  Mais aujourd’hui, changement de décor,  Mickey est sur scène assis sur une chaise coiffé d’une calotte EGG tapissée d’ électrodes. Il est l’invité du la GPU Technology Conférence organisée chaque année par NVIDIA. 

Le casque RV (réalité virtuelle) Riff d’Oculus solidement fixé autour de la tête. Il est là, gesticulant dans le vide, frappant sur une batterie imaginaire accompagné de mouvements anarchiques.  A ses côtés, un autre participant lui aussi équipé du Riff,  tient dans ses mains un contrôleur.  Sa tête oscille et semble suivre assidûment quelque chose d’ invisible.  En fait,  il est plongé dans la cervelle digitalisée de Hart dont il observe les réactions cérébrales en 3D.  Simultanément, un écran géant  affiche le crâne du batteur pulsant  un light show coloré au gré de rythmes éléctro-décapants.  Un autre écran projette le jeu vidéo Neurodrummer,  l’ univers virtuel dans lequel Hart évolu comme un poisson dans un bocal.  Durant cette immersion,  il doit coordonner ses mouvements afin de  jouer de la batterie,  et simultanément se débarrasser des zombies qui l’attaquent.

Cette expérience est le fruit des recherches de l’équipe de neuro scientistes du Professeur Adam Gazzaley,  Directeur du Neuroscape Lab attaché à  L’ Université de San Francisco, dont la spécialité est d’explorer les relations possibles entre le jeu et les recherches neurologiques. Déjà, une constatation encourageante s’impose, des tests cliniques l’ont démontré: la déficience cognitive dûe à l’âge est réversible. Après avoir joué pendant un mois avec NeuroRacer, les ondes Thêta – indicative de l’attention, des facultés cognitives et de la mémoire – des sujets testés dans leur 70 ans, ont atteint un niveau pouvant rivaliser avec celui d’un sujet de 23 ans au top des ses capacités mentales.

neurodrummer

Parallélement Gazzaley est co-fondateur de la Société Akili, qui bénéficie du soutien d’ investisseurs tels les laboratoires Pfizer et Shire, ainsi que de la “National Institute for Mental Health”.  Akili est en pleine phase de développement de jeux thérapeutiques pour portables et prépare le futur proche. “ On en est”, dit Gazzaley, ” au stade des tests appliqués à la dépression, la démence, aux troubles de l’attention et de l’autisme, la sclérose en  plaque…etc. Vers 2019, les neuros jeux, permettront d’affecter des endroits spécifiquement ciblés du cerveau à l’aide de senseurs.  Cette technology sera aussi très utile en cas de traumatismes crâniens.”

Adam Gazzaley, Keynotes, présentation a NVIDIA Conférence GPU Technologie
Adam Gazzaley, Keynotes, présentation à NVIDIA Conférence GPU Technologie

Ainsi, Mickey Hart, le Dead Head,  est en-tête des expériences de recherches avancées sur le cerveau, car il croit en la musique médecine. La preuve, dit-il: ” il est le seul que sa grand mère, atteinte d’ Alzheimer,  reconnait quand il tape sur ses percussions.

DeadHead

Copyright GlobalReportage May 2014

Advertisements